cadre   - Nous sommes le Lundi 23 Octobre 2017 et il est 02:39
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Nièvre 58 - Bourgogne -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Ressources
  Services
  La recherche
  Agir
  Insertion et Travail
  Groupe de parole
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 58
  psycyclette
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
rencontres de novembre 2017
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

Santé mentale : une semaine pour rompre l’isolement 17 au 23 mars 2008

Du 17 au 23 mars se tiendra la 19ème Semaine d’information sur la santé mentale. Cette année, les organisateurs ont décidé de s’intéresser à l’isolement affectif et social qui accompagne souvent les victimes d’une maladie psychique.
Dépression sévère, agoraphobie, schizophrénie, anorexie… Autant d’affections marquées de nombreux préjugés. Conséquence, les patients comme leurs proches se retrouvent souvent exclus, ce qui aggrave l’état des malades. La situation semble évoluer favorablement aujourd’hui, notamment grâce à une meilleure insertion des patients : aide au logement et à l’emploi, protection juridique, services d’accompagnement à la vie sociale…
Ces initiatives feront l’objet de nombreux débats au cours de la semaine prochaine. Ainsi plus de 250 manifestations seront-elles organisées sur l’ensemble du territoire : conférences, réunions-débat, visites de lieux de soins, journées portes ouvertes, projections de films, expositions, pièces de théâtre...


- Imprimer cette info


Schizophrénie: les problèmes de mémoire peuvent contribuer aux idées délirantes 15 mars 2008

Les personnes souffrant de schizophrénie utilisent des régions différentes du cerveau pour la mémoire de travail (forme active de mémoire à court terme), selon une recherche américaine publiée dans le journal PLOS One. On sait, depuis le début des années 1990, que des problèmes de la mémoire de travail sont associés à la maladie.
in Psychomedia le 13/03/2008

- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


JEAN-PIERRE CHANGEUX - UN DES PIONNIERS DES NEUROSCIENCES ET DE LA COMPRÉHENSION DES CIRCUITS NEURONAUX ET CHERCHEUR À L'INSTITUT PASTEUR. 15 mars 2008

in  lesechos.frle 12/03 /2008 par Alain Perez
«Le cerveau humain est équipé de circuits culturels»

Quels sont les grands défis qui vont se poser aux neurosciences dans les prochaines années ?
J'en vois trois principaux. D'abord, il va falloir comprendre les raisons pour lesquelles le cerveau de l'homme est différent de celui du singe, qui est lui-même distinct de celui de la souris. Comprendre l'origine du cerveau humain sur le plan évolutif, c'est-à-dire déchiffrer les mécanismes génétiques qui interviennent dans son origine, est un projet très important. Un autre est d'essayer de définir les effets de l'apprentissage. Et surtout des conditions qui permettent la compensation d'un handicap ou une réhabilitation. Il y a toute une recherche qui se fait sur la plasticité du cerveau chez l'adulte. Il s'agit entre autres de la neurogénèse, qui doit permettre peut-être de remettre en place de nouveaux circuits après un certain âge. Je dis bien peut-être, car, pour l'instant, on en est loin. Mais c'est un projet qui me paraît réaliste. Et puis, le troisième volet concerne toutes les fonctions supérieures, passant par la cartographie fonctionnelle de la conscience ou de l'attention.



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Le cerveau, un athlète en quête de stimulation 15 mars 2008

in lesechos.fr le 13/03/08 par Alain Perez

le cerveau a besoin d'être entretenu pour rester en forme. La stimulation maintient les neurones en activité et renforce le réseau synaptique.

Les neurones ne s'usent que si l'on ne s'en sert pas. » L'image est facile mais correspond à une certaine réalité : le cerveau n'est ni un muscle ni une pile électrique, mais il préfère l'activité à l'inaction. Le plus bel exemple validant cet axiome a été découvert chez les chauffeurs de taxi londoniens. Pour obtenir l'autorisation de conduire les volumineux cabs britanniques, il faut passer un examen et démontrer une excellente connaissance du réseau routier de la ville. C'est l'hippocampe, une zone enfouie dans le cerveau profond, qui gère cette fonction de mémorisation des données spatiales. L'examen par imagerie fonctionnelle a confirmé que les chauffeurs de taxis anglais possédaient un hippocampe plus gros que la moyenne. 


- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Congrès National des équipes mobiles de psychiatrie « Des perspectives nouvelles pour les adolescent 15 mars 2008

Les adolescents sont au cœur des préoccupations sociales. Les manifestations* de leurs difficultés sont bruyantes et les modalités de réponse de la société sans cesse à réajuster. La pédopsychiatrie a choisi d’innover pour favoriser l’accès aux soins des adolescents qui refusent souvent les structures de soins classiques.

- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Silence, «forte gifle» à l’hôpital psychiatrique 8 mars 2008

In Libération par ÉRIC FAVEREAU jeudi 6 mars 2008
«Une chiquenaude… Voilà le mot qu’elle a utilisé. Quelle grossièreté ! Un malade reçoit des coups, et cela devient une chiquenaude…» Claude Finkelstein, qui préside la Fédération nationale des associations d’usagers en psychiatrie (Fnapsy), ne décolère pas contre ce service de psychiatrie du centre hospitalier Sainte-Marie à Nice. Elle a écrit un peu partout, y compris à la Haute Autorité de santé, et la seule réponse qu’elle a eue, c’est : «Ce service sera évalué en 2009, et personne n’a accès à ce malade qui a été frappé.»
Pour cette militante, cette histoire est emblématique de l’opacité des pratiques dans certains services de psychiatrie. «Et c’est tout sauf anecdotique.»


- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Enfermement des fous criminels, une loi confortable... 28 février 2008

 In ww.marianne2.fr 

Le projet de loi sur la rétention de sûreté, stigmatise une « dangerosité éternelle » des criminels relevant de la psychiatrie, à l'encontre des principes de présomption d'innocence, de réhabilitation et de traitement médical.
Voici venu le temps des assassins de la présomption d'innocence. Après le projet de loi sur la prévention de la délinquance qui entendait pratiquer un dépistage précoce des troubles de conduite chez l'enfant et l'adolescent, le projet de loi sur la rétention de sûreté tente de banaliser la privation de liberté, et transforme le juge en autorité de police. Il ne s'agit pas de sombrer dans l'angélisme antisécuritaire, ni de trop vite condamner le droit des victimes à un juste procès. Mais il convient de garder raison devant une loi qui se présente comme un pur déni de justice.
La base de notre droit repose en effet sur l'idée qu'il ne peut y avoir de culpabilité sans crime (et sans discernement), pas de peine sans culpabilité (ce qui suppose la présomption d'innocence). Or, en supprimant ces deux postulats, et en installant dans l'opinion l'idée d'une éternelle dangerosité, il n'est plus possible de persévérer dans ces distinguos. Le Président, dans son entretien au Parisien du 26 févier 2008, a de fait fourni les motifs d'un tel renoncement : « il ne faut plus mettre les fous en prison », mais dans des hôpitaux-prisons.


- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


LOI relative à la rétention de sûreté et à la déclaration d’irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental 28 février 2008

JORF n°0048 du 26 février 2008

 

texte n° 1

    

LOI

 

LOI n° 2008-174 du 25 février 2008 relative à la rétention de sûreté et à la déclaration d’irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental (1)

Le premier objectif de cette loi, élaboré conjointement avec le ministère chargé de la Santé, est de permettre de retenir dans des centres fermés les auteurs de crimes pédophiles condamnés à quinze ans de réclusion ou plus lorsqu'ils restent particulièrement dangereux et présentent un risque très élevé de récidive à l'issue de leur peine de prison. La rétention de sûreté sera prononcée pour une durée d'un an par une juridiction mais pourra être renouvelée si la personne reste dangereuse. Les personnes placées en centre de rétention de sûreté bénéficieront d'une prise en charge médicale et sociale spécifique par une équipe pluridisciplinaire. Le deuxième objectif est de modifier la procédure de jugement des irresponsables pénaux pour cause de trouble mental afin de mieux répondre aux attentes des victimes. Les juges ne se borneront plus à notifier une décision de non-lieu, mais pourront prononcer, si les charges sont établies, une déclaration d'irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental, à l'issue d'une audience, ils pourront prononcer des mesures de sûreté à l'encontre de la personne reconnue irresponsable. Ces mesures s'appliqueront dès la fin de l'hospitalisation d'office.

- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Handicap psychique et emploi : le guide du PDITH 92 28 février 2008

 Ce guide est consacré à la problématique du handicap psychique, de l'insertion professionnelle et du maintien dans l'emploi. L'environnement économique et professionnel, les exigences accrues de performances et de compétitivité contribuent parfois à la détérioration de la santé mentale d'une partie de la population. Ils posent la question du maintien dans l'emploi et des conditions de travail mais également des réelles possibilités d'insertion professionnelle pour un public fragilisé, car les troubles psychiques entraînent une forte exclusion du monde du travail. Rappelons qu'aujourd'hui 2 % de la population souffre de troubles psychiques.
 Au lendemain de la réaffirmation du droit des personnes handicapées dans la loi handicap du 11 février 2005 , la question de la place des personnes handicapées psychiques dans le milieu de travail ne peut plus être contournée ou ignorée. Elle doit être posée de façon éclairante à deux titres : tout d'abord en ce qui concerne le renforcement de l'obligation d'embauche pour les entreprises publiques ou privées, ensuite, du fait de la reconnaissance explicite, dans la loi, des troubles psychiques comme pouvant être à l'origine d'une situation de handicap.


- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Etude des effets du LSD pourrait conduire à des traitements de la schizophrénie 28 février 2008

PARIS (AFP) — Des recherches sur les effets du LSD sur le cerveau pourraient conduire à l'amélioration des traitements pour la schizophrénie, selon une étude publiée dimanche en ligne dans le journal britannique Nature.

Une équipe de chercheurs, menée par Stuart Sealfon, de la Mount Sinai School of Medicine de New York, a constaté sur des souris que les modifications qu'entraînait le LSD sur les voies nerveuses, de même que les symptômes, étaient très similaires à ceux qu'entraîne la schizophrénie.
Comme les personnes qui ont absorbé du LSD, les malades de schizophrénie sont victimes d'hallucinations, entendant des voix et se persuadant que d'autres contrôlent leurs pensées.
De fait, le LSD (lysergic acid diethylamide), créé vers la fin des année 30 par un chimiste suisse pour traiter des troubles nerveux et respiratoires, influence les mêmes récepteurs de sérotonine que ceux qui sont modifiés chez les schizophrènes.
En outre, l'équipe de chercheurs a établi que le LSD, pour obtenir l'effet recherché, devait en même temps agir sur un récepteur régulant le glutamate. Ils ont montré que chez des souris activer ce récepteur abolit les effets hallucinogènes.

Selon eux, combattre la schizophrénie pourrait donc nécessiter un ensemble de médicaments régulant aussi bien les niveaux de sérotonine que ceux de glutamate, deux neurotransmetteurs agissant en interaction.

- Imprimer cette info


Ces actualités sont visibles sur les sites Internet des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972 dont le contact presse est : Marie
Seules les actualités marquée du signe * sont en provenance du siége de l'UNAFAM dont le contact presse est : Anne Pierre-Noël

10 précédentes  10 suivantes
(1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) (18) (19) (20) (21) (22) (23) (24) (25) (26) (27) (28) (29) (30) (31) (32) (33) (34) (35) (36) (37) (38) (39) (40) (41) (42) (43) (44) (45) (46) (47) (48) (49) (50) (51) (52) (53) (54) (55) (56) (57) (58) (59) (60) (61) (62) (63) (64) (65) (66) (67) (68) (69) (70) (71) (72) (73) (74) (75) (76) (77) (78) (79) (80)

bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Nièvre 58 - Région Bourgogne
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales